jeudi 14 février 2013

Bobby Dirninger : Rock and jive tonight (Vidéo)

Bobby Dirninger n'a pas peur de secouer les colonnes du temple. "Quand je vais voir des concerts de Chicago Blues - et je vais en voir toujours beaucoup - je remarque déjà que le public ne se renouvelle plus et j'ai l'impression qu'il y a une espèce de lassitude des deux côtés, du public comme des musiciens. Il y a peut-être une fougue qui n'est plus la même ces derniers temps. Je pense que l'énergie, actuellement, est chez ceux qui s'ouvrent naturellement vers d'autres influences. Dans les concerts que je donne seul, je me suis rendu compte que je jouais de plus en plus de choses à côté du blues". Déclaration quelque peu iconoclaste. Mais, lit-on ailleurs, "Bobby Dirninger est une sorte de mutant, un jeune musicien en-dehors du main stream, du courant classique, extirpant de ses influences musicales un style très personnel, entre blues et folk. ", " Si le Blues et la note bleue restent la clé de voute de sa musique, Bobby DIRNINGER en a largement repoussé les limites !", "un métissage unique de différents courants musicaux....".

mardi 12 février 2013

Carl Perkins, Ringo, George, Clapton, and a few... (Vidéo)






C'était l'anniversaire de notre guitariste Marty aujourd'hui.
Happy Birthday Marty !
Marty ne crache pas sur le rockabilly.
Alors on a invité quelques musiciens pour faire une jam en son honneur...
Ça ne sonnait pas mal...

jeudi 31 janvier 2013

Muddy Waters & Rolling Stones : Champagne And Reefer

Superbe complicité : Muddy Waters entouré par - entre autres - ses enfants spirituels, les Stones. En tout cas, Mick Jagger, Keith Richards, Ron Wood, plus le "demi-Stone" Ian Stewart (co-fondateur du groupe, toujours resté proche) au clavier, sans oublier Buddy Guy et Junior Wells. Tout ce beau monde se partageait (tant bien que mal) la scène pour jammer devant le public ébloui du Checkerboard Lounge, club de Buddy Guy à Chicago. "Gimme champaign when I'm thirsty, Gimme a reefer when I wanna get high". (A reefer : un joint) Cela se passait en 1981, deux ans avant que Muddy aille jammer avec Bessie Smith et Robert Johnson dans un monde qu'on nous assure meilleur. La vidéo et le texte :

vendredi 25 janvier 2013

Levon Helm : The Weight (Vidéo, live)

Levon Helm en 2004
Si je devais classer les chansons que je connais par impact émotionnel, "The Weight" se classerait haut dans le peloton de tête. Ce qui n'aurait rien d'original : cette création du Band figure dans plusieurs classements des meilleurs morceaux du rock. Les paroles, à première vue surréalistes, sont en fait chargées de métaphores complexes, et de spiritualité telle que les jeunes étatsuniens contestataires la concevaient en 1968. Le texte figure ici sous la vidéo. Cela dit, si on y mentionne Nazareth, l'interprétation est difficile : s'agit-il de Nazareth en Galilée, où vécurent Joseph et Marie, ou de Nazareth en Pensylvanie, ville sainte à sa manière pour beaucoup de musiciens puisqu'on y fabrique les guitares Martin ?

lundi 21 janvier 2013

"Mick Sex and Rock'n Roll" : La Non-Bio de Jagger.

"Life", l'autobiographie de Keith Richards, est intéressante et émouvante. « Mick, Sex and Rock and Roll », bio de Mick Jagger par le journaliste américain Christopher Andersen, n'est ni l'un ni l'autre. L'auteur avait déjà exercé son absence de talent sur Jagger jadis, ainsi que sur le couple Clinton, Madonna, Jane Fonda, Lady Di, Michael Jackson... De cet opus-ci, on retiendra avant tout ceci : Jagger couche.

samedi 19 janvier 2013

Brother Can You Spare A Dime ? La chanson de la Grande Crise (Vidéo)


1929... Une folle bulle de spéculation s'effondre brusquement. Les épargnants, aux Etats-Unis, avaient cru que la valeur des actions ne pouvait que monter, monter encore. Quelques boursiers réalistes comprennent que les cotations ne peuvent plus poursuivre leur ascension, ils vendent, les cours s'effondrent, et le masque de la prospérité tombe. Par millions, les travailleurs se retrouvent chômeurs, vendant des pommes dans la rue, faisant la file pour du pain et de la soupe, et mendiant. "Brother Can You Spare A Dime ? ", "mon frère, tu peux me passer une tune ? ", une ritournelle entendue aux coins de rue qui deviendra un des titres les plus enregistrés dans l'histoire de la chanson.

Robert Johnson : Sweet Home Chicago (Vidéo)

Robert Johnson : son ombre hante encore tout le pays du blues. Mort à 27 ans (comme plusieurs autres musiciens, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Brian Jones, Jim Morrison, Kurt Cobain, Amy Winehouse et d'autres si nombreux qu'on parle d'un "Club des 27"), il a en quelques années d'errance laissé une marque si forte que Clapton le qualifie de musicien le plus important de l'histoire du blues. Vous trouverez sa biographie sur une page du site de Blue Kiss. Voici l'un des classiques qu'il a créés, "Sweet Home Chicago", joué depuis par une cohorte de grands, depuis les Blues Brothers (dans le film du même nom) à Status Quo en passant par Fleetwood Mac.

Stones Roll Again ! Gimme Shelter 2012 (Vidéo)


Les Stones sont de retour, increvables, ils ont donné deux concerts en novembre, à Londres et à Newark, sous les acclamations d'un public survolté. Survoltés eux aussi, les membres du groupe ont joué les prolongations, ils ont joué, à Londres, 35 minutes de plus que prévu. Mais les responsables du stade O2 n'ont pas apprécié : pour rupture du couvre-feu, les Pierres Qui Roulent se sont vu exiger une amende de 200.000 £, soit 247.000 €. Ne vous en faites pas pour eux, la tournée rapportera quelque 20 millions de dollars. Depuis, le groupe a joué à New York, dans le cadre d'un concert de charité au bénéfice des victimes de l'ouragan Sandy. Commentaire du "Hollywood Reporter"  : "The fact of the matter is the Rolling Stones still deliver a more exciting live show a half-century into their career than any other band around."

"Life": Sympathy For Keith Richards + vidéo


Je m'attendais à "L'Histoire des Stones Racontée Par Un Stone", ce n'est pas ça du tout. "Life" est bien ce que le titre indique : l'histoire d'une vie. Une vie assez exceptionnelle. Et, of course, pas celle d'un enfant de choeur. Celle d'un enfant pauvre, qui devient un adolescent pauvre passionné de musique, tirant le diable par la queue pour pouvoir offrir à sa guitare un jeu de cordes neuves. Un tout jeune homme partageant avec quelques copains une idée fixe, une ambition folle : devenir le meilleur groupe de blues de Londres. Qui ne s'attend pas du tout à ce qu'on les annonce quelques années plus tard comme "The greatest rock'n roll band in the world", et encore moins à jouer, au 21è siècle, au Brésil, devant un public d'un million de personnes.
Ni à toucher un jour 7 millions de dollars d'avance pour publier ses mémoires.


vendredi 18 janvier 2013

Les Dernières 24 Heures de Keith Moon (Vidéo)

Personne, jamais, n'a joué de la batterie comme Keith Moon. Comme très justement dit dans ce documentaire, jusqu'à son arrivée, un batteur de rock pouvait être excellent, être Ringo ou Charlie Watts, mais il restait le type qui était derrière les autres et assurait le beat. Moon, lui, était une vedette au même titre que les autres Who. Pas seulement sur scène, où son comportement flamboyant fascinait, mais aussi sur disque : on n'avait jamais entendu de morceaux propulsés par pareilles tempêtes de roulements (A dire vrai, John Entwistle, le bassiste, trouva d'abord très désorientant d'être privé de son traditionnel métronome).

Rolling Stones + AC DC : Rock Me Baby Live (Vidéo)

Vous connaissez ces animations qui fascinent les gamins, parce qu'elles montrent l'affrontement de deux dinosaures débordant de dents, de cornes, de plaques cuirassées ? Cette vidéo la rappelle un peu : les dinos ont nom Rolling Stones et AC DC (plutôt l'épine dorsale d'AC DC, les frères Angus et Malcolm Young), et ce n'est pas du sang qui jaillit mais des notes bleues. Le terrain de bataille, c'est le très connu "Rock Me Baby", immortalisé par B. B. King, mais dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Enregistré à Leipzig en 2003.

 

  Vous pouvez faire connaître ce blog en choisissant l'un des moyens (Facebook, Twitter, Blog This, Mail) proposé par la petite barre ci-dessous.
Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Retour à l'accueil

Mots-clef : Blue Kiss, blues, rock, blues-rock, country-rock, vidéo, concert, live.

Rebel Rebel - David Bowie Live (Vidéo)

Quelle joie d'entendre à nouveau parler de David Bowie à propos de création musicale et non de problèmes de santé ! On célèbre l'évènement avec cette version récente d'un morceau qui ne l'est pas mais qui n'a pas vieilli, version assez "hors des rails", distanciée par rapport à l'original, plus raffinée et contrastée, mais finalement aussi implacable. "You got your mother in a whirl, Not sure 'f you're a boy or a girl..." 


 
Vous pouvez faire connaître ce blog en choisissant l'un des moyens (Facebook, Twitter, Blog This, Mail) proposé par la petite barre ci-dessous.
Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Retour à l'accueil

Mots-clef : David Bowie, rock, vidéo, concert, live.

Hoochie Coochie Man - Muddy Waters (Vidéo)

Le père des Rolling Stones, le pilier du Chicago Blues, Muddy Waters. J'ignore de quand date cette version d'un standard inusable, composé par Willie Dixon, l'intarissable bassiste qui a composé une brassée de classiques, standard créé par Muddy en 1954. Les paroles font, comme dans tant de blues, largement référence à la sorcellerie issue du vaudou, que les esclaves venus d'Afrique de l'Ouest avaient transportée - pour tout bagage - en traversant l'Océan.



Vous pouvez faire connaître ce blog en choisissant l'un des moyens (Facebook, Twitter, Blog This, Mail) proposé par la petite barre ci-dessous.
Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Retour à l'accueil

Mots-clef : blues, rock, blues-rock, concert, live, Muddy Waters.

Twistin' The Night Away Live + Archives Sixties (Vidéo)

"Twistin" The Night Away" : un grand classique, qui n'a de twist que le nom (comparez le beat à celui d'un vrai twist comme "Let's Twist Again" : rien à voir ! Classique au point de faire oublier qu'il fait référence à cette époque de folie où les foules s'exposaient au risque d'un lumbago en l'honneur d'une danse dont Krouchtchev (Premier Secrétaire du Parti Communiste d'URSS) disait qu'elle faisait penser aux efforts d'un baigneur pour s'essuyer le dos. Donc, pour rafraîchir les mémoires, nous avons illustré la version live de Blue Kiss par des images d'époque.


Vous pouvez faire connaître ce blog en choisissant l'un des moyens (Facebook, Twitter, Blog This, Mail) proposé par la petite barre ci-dessous.
Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Retour à l'accueil

Mots-clef : Blue Kiss, blues, rock, blues-rock, country-rock, vidéo, concert, live.

Blue Kiss en concert (vidéo)

Une petite vidéo vaut mieux qu'un long discours. Cette vidéo-ci n'est pas si petite, ou plutôt si courte, elle dure plus de 14 minutes ... mais contient de nombreux morceaux de divers styles. Ce concert a été filmé en mars 2011 au Centre Culturel de Jette.

Vous pouvez faire connaître ce blog en choisissant l'un des moyens (Facebook, Twitter, Blog This, Mail) proposé par la petite barre ci-dessous.
Vous pouvez être prévenu/e de chaque parution en cliquant "Messages (Atom)" tout en bas de la page d'accueil.
Retour à l'accueil

Mots-clef : Blue Kiss, blues, rock, blues-rock, country-rock, vidéo, concert, live.

jeudi 17 janvier 2013

Acte de Naissance

Ce blog existe donc désormais, de même que Blue Kiss existe, et loge à l'adresse http://www.blue-kiss.me , comme on ne manquera pas de vous le rappeler.
De même qu'un CD existe, porteur de neuf titres enregistrés en studio et neuf autres enregistrés en concert.
De même que deux vidéos existent : l'une enchaîne des extraits de concert , l'autre mêle le standard "Twisting The Night Away" à des images de la grande époque du twist . (Ajoutons au passage, même si Blue Kiss n'y est pour rien, une amusette, exercice de remontage du Classique des Classiques auquel l'auteur de ces lignes s'est livré pour le fun).